Warmania Forum

Version complète : Bientôt sur nos écrans...
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pages : 1 2 3 4 5 6 7
Sérieusement ? J'trouve pas le trailer très inspiré ni inspirant.
De manière générale j'ai du mal a comprendre comment se branle le DC Universe
Launch de relaunch de reboot de relaunch?
Bah, l'univers de DC maintenant, c'est des films chacun dans leurs coins et on oublie l'univers partagé. Franchement, c'est pas plus mal, ça permettra peut-être d'éviter les merdes à la Justice League comme ça.

Pour ce Joker...
Mouais...
Ca reste un film sur l'idée la plus idiote qui soit : l'origin story d'un personnage qui se définit par le fait de ne pas en avoir. Après, ça a marché sur d'autres histoire (Killing Joke en tête) donc bon... On verra.
Le ton annoncé annonce au moins un peu de changement face aux derniers films de la licence.
Citation :Ca reste un film sur l'idée la plus idiote qui soit : l'origin story d'un personnage qui se définit par le fait de ne pas en avoir.

Euh ... Je sais qu'il y a plusieurs origines au personnage (amenant à penser que le Joker n'est pas une entité unique), mais de là à dire qu'il n'a pas d'origine story c'est un peu abusif quand même. Tu cites Killing Joke qui est un monument selon moi.

Pour moi le Joker se définit selon plusieurs critères :

- C'est un agent du Chaos. Il n'est pas fondamentalement mauvais mais il cherche juste à bousculer l'ordre des choses
- C'est, à la façon d'un Deadpool, l'un des personnage qui SAIT qu'il est un personnage et qui en joue en brisant le 4éme mur
- Il n'a pas d'origin story fixe (plusieurs versions). Chacune d'elle est tout autant probable que vrai, toute à la fois et en même temps. Le Joker de Nolan en joue d'ailleurs. Le Joker ça peut être n'importe qui : On est tous des Jokers en puissance. C'est l'idée. En revanche, de mémoire, la plupart des Joker ont une origin story relativement similaires : Ce sont des pauvres types qui ont été poussé à la folie par l'extraordinaire violence d'une vie, somme tout, parfaitement banale. Une fois encore je suis loin d'avoir tout lu sur le personnage donc ce dernier propos est à prendre avec des pincettes. Mais dans mon esprit ça souligne d'autant plus le fait que le Joker c'est nous.

Je ne vois pas ce qu'il y a de stupide de vouloir explorer une origin story, surtout si c'est bien fait (genre Killing Joke). Chaque oeuvre est le produit d'une interprétation, d'une vision artistique. L'important ce n'est pas tant ce qui est raconté, que la manière dont c'est raconté. Pour ce film, difficile à dire avec un trailer, mais on peut remarquer déjà un parti pris sur la photographie avec une forte évocation du Joker des films Batman de 66 et 89.
(06-04-2019, 13:04)Lucius Forge a écrit : [ -> ] (amenant à penser que le Joker n'est pas une entité unique)

Les New 52 ont amené le fait qu'il existe trois Joker différents.
Une idée que je trouve... Hasardeuse, pour le moins, mais bon...
(Ou alors, ils sont passé par un bon chirurgien pour tous être identiques physiquement.)




(06-04-2019, 13:04)Lucius Forge a écrit : [ -> ]- C'est un agent du Chaos. Il n'est pas fondamentalement mauvais mais il cherche juste à bousculer l'ordre des choses

Il est chaotique, oui, ce qui le définit comme imprévisible et erratique.
Mais de là à dire qu'il n'est pas fondamentalement mauvais... On parle d'un mec qui étouffera un bébé dans le sang de sa mère si à l'instant T il trouve ça drôle.
Surtout qu'il a souvent été supposé qu'il n'était pas aussi fou qu'il se prétendait l'être.


(06-04-2019, 13:04)Lucius Forge a écrit : [ -> ]- C'est, à la façon d'un Deadpool, l'un des personnage qui SAIT qu'il est un personnage et qui en joue en brisant le 4éme mur

Briser le 4e mur, ça s'est fait avec d'autres personnages (y comprit Batman, d'ailleurs), ça n'en fait pas des personnages conscient de leur position de personnage de BD.
Deadpool, c'est différent : il le sait et il le dit, et pas mal de chose sont basées sur cette connaissance. Rien chez le Joker ne permet d'affirmer qu'il a cette compréhension de son propre univers.

(06-04-2019, 13:04)Lucius Forge a écrit : [ -> ]- Il n'a pas d'origin story fixe (plusieurs versions). Chacune d'elle est tout autant probable que vrai, toute à la fois et en même temps. Le Joker de Nolan en joue d'ailleurs. Le Joker ça peut être n'importe qui : On est tous des Jokers en puissance. C'est l'idée. En revanche, de mémoire, la plupart des Joker ont une origin story relativement similaires : Ce sont des pauvres types qui ont été poussé à la folie par l'extraordinaire violence d'une vie, somme tout, parfaitement banale. Une fois encore je suis loin d'avoir tout lu sur le personnage donc ce dernier propos est à prendre avec des pincettes. Mais dans mon esprit ça souligne d'autant plus le fait que le Joker c'est nous.

Oui.
Et c'est justement ce qui est dangereux avec le trailer en question - le film désarmera peut-être ça. Il n'a pas d'origin story fixe; le point commun entre celle-ci (ce que le film de Nolan fait très bien, d'ailleurs) c'est que seule le Joker sait réellement d'ou il vient, et qu'il s'amuse à imaginer et raconter autant de version qu'il le veut, tant que ça l'amuse et que ça sert un objectif pour lui.
(Dans Killing Joke, ça justifie ses actes envers Gordon)
Il est important, à mon sens, que le film prenne ça en compte en rappelant que cette histoire, c'est le Joker qui la raconte. Si l'historie nous présente ça comme LA vraie histoire du Joker, alors ce sera une idée abominable, quelque soit la qualité finale du récit. Le Joker, c'est lui, c'est nous, c'est eux. C'est le type qui passe la journée de merde de trop et décide de tout casser juste pour voir ce que ça fait.

D'ailleurs, un autre truc qui m'inquiète : il semblerait que le gosse à qui il fait faire risette dans le trailer soit Bruce Wayne. Ce qui sous entend qu'il deviendra le Joker AVANT que Batman ne soit même le commencement du frémissement d'une rumeur, ou même d'une idée.
On parlait des points qui décrivent le Joker (et sur lequel cette série imbécile qu'est Gotham à déféqué allègrement) : le Joker est une création du Batman, tout autant qu'un moteur. L'un n'existe pas sans l'autre, et même, l'un n'a pas de sens sans l'autre. Si le Joker existe dix ans avant Batman... Comment dire...
Citation :Il est chaotique, oui, ce qui le définit comme imprévisible et erratique.

Mais de là à dire qu'il n'est pas fondamentalement mauvais... On parle d'un mec qui étouffera un bébé dans le sang de sa mère si à l'instant T il trouve ça drôle.

Oui, c'était un peu fort de ma part et très mal formulé. Disons qu'il s'apparente davantage à l'incarnation de la perversion d'une société qui se déclare vertueuse, le tout ne constituant qu'un vernis de surface. En fait j'ai la sensation que le Joker se trouve vertueux, et pas dans le sens de la morale, du bien ou du mal, qu'il apparente à un manichéisme puéril et à une morale d'esclave. 

Ce qui suit ce n'est que de l'interprétation donc ça ne repose pas sur grand chose : Son apparence extérieure dégueulasse trancherait avec son intérieur plus "sain". A contrario de Batman qui serait le vertueux à l'extérieur mais pourri à l'intérieur. Dans l'esprit du Joker, je pense qu'il y a une volonté d'extirper chez tous les individus (et surtout chez Batman) le côté sombre. Une certaine volonté de révéler la nature des choses. Et quand je disais "pas fondamentalement mauvais" je pensais davantage que, pour le Joker, son action n'est pas fondamentalement mauvaise. le chaos qu'il apporte n'est que salvateur et il cherche à imposer aux yeux des victimes et témoins leur vrai nature.

Mais je te l'accorde et je le reprécise, ce n'est qu'une manière d'interpréter les choses.


Citation :Briser le 4e mur, ça s'est fait avec d'autres personnages (y comprit Batman, d'ailleurs), ça n'en fait pas des personnages conscient de leur position de personnage de BD.

Deadpool, c'est différent : il le sait et il le dit, et pas mal de chose sont basées sur cette connaissance. Rien chez le Joker ne permet d'affirmer qu'il a cette compréhension de son propre univers. 

Je ne suis pas d'accord avec toi mais je n'ai pas d'éléments plus substantiels pour le moment, que ma façon de voir le bonhomme. Je ne peux donc pas t'opposer d'arguments valables ^_^

Citation :Et c'est justement ce qui est dangereux avec le trailer en question - le film désarmera peut-être ça. Il n'a pas d'origin story fixe; le point commun entre celle-ci (ce que le film de Nolan fait très bien, d'ailleurs) c'est que seule le Joker sait réellement d'ou il vient, et qu'il s'amuse à imaginer et raconter autant de version qu'il le veut, tant que ça l'amuse et que ça sert un objectif pour lui.


Ah ... le souci c'est que tu parles de "canon". Et le canon c'est souvent de la merde. Surtout dans les Comics où il y a souvent des univers parallèle. Le canon si ça peut-être intéressant, c'est souvent la mort de la créativité quand ça devient un dogme (voir les conneries qu'on peut lire sur Star Wars 7 et 8, sous prétexte de canon).

EDIT : En me relisant je me dis que je suis un peu dur, sur le canon. Ca a son importance, notamment dans une saga (comme Star Wars donc) pour la cohérence de l'univers. Toutefois, je trouve  que c'est trop souvent prétexte à une critique non réfléchie (et "facile")  plutôt qu'à une vrai réflexion sur la manière dont est racontée l'histoire. Star Wars est symptomatique de cela car la saga pose un univers unique au travers des films (j'exclus volontairement les univers étendus) mais dont la "composition" est faite par diverses personnes avec diverses interprétations.

Ainsi les midichloriens, par exemple, est une mauvaise idée en tout point, alors que c'est une interprétation valable. Pourquoi c'est mauvais ? Simplement parce que ça remet en cause l'essence même de la Force au sein de la saga, à savoir que c'est une "énergie" qui meut tout l'univers et qui habite chaque chose, vivante ou même inerte, à des degrés divers. Venir comptabiliser le potentiel et la puissance par ce procédé est destructeur pour la cohérence de l'univers, dans ce qu'il a d'important à raconter. Rogue One défonce cette idée en présentant un humain, n'étant pas un jedi, qui use pourtant de la Force. Idem pour le 7 et surtout le 8 (avec ce plan de fin au petit garçon et au balais : Ce plan démontre que le gars qui réalise a TOUT compris à Star Wars).

Si on veut donner de l'intérêt aux midichloriens, alors il faut les introduire et les exploiter dans une saga parallèle dans laquelle ils ont quelque chose à raconter (Prégnance du destin ? Place du choix dans la destinée ? etc ...)

Bref il ne faut pas traiter le canon comme un dogme surtout sur des éléments partiels d'un univers énorme, et encore moins dans le cas du Joker, d'un univers ou chaque représentation n'est pas liée aux autres par la cohérence d'un "tout unique", mais plutôt par des thèmes abordés de diverses manières.

Citation :Il est important, à mon sens, que le film prenne ça en compte en rappelant que cette histoire, c'est le Joker qui la raconte. Si l'historie nous présente ça comme LA vraie histoire du Joker, alors ce sera une idée abominable, quelque soit la qualité finale du récit. Le Joker, c'est lui, c'est nous, c'est eux. C'est le type qui passe la journée de merde de trop et décide de tout casser juste pour voir ce que ça fait.

Je pense que c'est à l'intelligence de chacun de faire la part des choses. Pas à l'artiste derrière la caméra. Le truc magnifique avec le Joker (et bien d'autres ... mais 'est plus marquant avec le Joker), c'est que comme je le disais plus tôt, chaque origin story sera vraie dès lors qu'elle est crédible. Poser un canon là-dessus est stupide. Et si des fans s'impose dans leur esprit un canon et rejette d'autres oeuvres présentant d'autres origines story, ils ne font que se priver plutôt que de s'enrichir.
Citation :D'ailleurs, un autre truc qui m'inquiète : il semblerait que le gosse à qui il fait faire risette dans le trailer soit Bruce Wayne. Ce qui sous entend qu'il deviendra le Joker AVANT que Batman ne soit même le commencement du frémissement d'une rumeur, ou même d'une idée.

On parlait des points qui décrivent le Joker (et sur lequel cette série imbécile qu'est Gotham à déféqué allègrement) : le Joker est une création du Batman, tout autant qu'un moteur. L'un n'existe pas sans l'autre, et même, l'un n'a pas de sens sans l'autre. Si le Joker existe dix ans avant Batman... Comment dire...

Bah pourquoi pas ? Certaines origin story, si j'ai bonne mémoire, indique que celui qui aurait tué les parents de Bruce serait le Joker (avant qu'il ne devienne le Joker ... mais c'est fondamentalement la même personne dans une origin story donnée). Le pré-Joker créant Batman, Batman créant le Joker, c'est une manière sympathique de raconter l'histoire. Ca a un intérêt certain. 
Bien entendu il faudra voir comment c'est fait parce que, là encore, c'est à mon sens le point le plus important : Peu importe l'histoire, pourvu qu'elle soit bien racontée.
Le midichlorien est au contraire une bonne idée : c'est pas parce que tu en as que tu as la Force, mais le contraire. L'idée que la Force peut modifier ton organisme est intéressante (et du coup c'est effectivement mesurable). Un peu comme le taux de globule rouge après un entraînement en altitude.

Le Joker ... arf ... déjà l'idée d'un Joker sans Batman est assez étrange à première vue, vu que la chauve-souris ferait un bon antagoniste. Pourquoi pas.
Une origine story ? Pourquoi pas, on en a une chez Burton et dans la série animée. Celle-là sera sûrement intéressante si nouvelle (se qui a l'air d'être le cas).
Mais le personnage, à savoir un clown qui fait des blagues et qui rigole est là, on aura peut-être un Joker tout aussi bon que celui de Nolan si justement ils s'en éloigne.
Le réal' a fait Starky et Hutch, les Very Bad Trip, et le scénariste the Mob Squad. Ce sera peut-être con et raté mais pas ennuyeux.
Je maintiens que c'est une mauvaise idée dans cette saga de film, telle que la Force a été présenté, en quoi elle représente un élément moteur de la narration et une motivation. Dans un autre cadre ça peut être intéressant et exploité à bon escient, ce n'était pas le cas dans l'épisode 1.

Mais je suppose qu'on ne sera pas d'accord donc restons en là pour l'analogie que j'en faisais.
(06-04-2019, 14:24)Lucius Forge a écrit : [ -> ]Ah ... le souci c'est que tu parles de "canon". Et le canon c'est souvent de la merde. Surtout dans les Comics où il y a souvent des univers parallèle. Le canon si ça peut-être intéressant, c'est souvent la mort de la créativité quand ça devient un dogme (voir les conneries qu'on peut lire sur Star Wars 7 et 8, sous prétexte de canon)

Alors... Non.
Enfin, pas vraiment. Enfin... Bon, attend, je m'explique.

Je différencie le canon (qui est donc apparut et est maintenu de façon officiel dans un univers) et la continuité. Ce dont tu parles, c'est clairement la continuité. Et sur ce point, nous somme d'accord : la continuité, c'est de la merde; Ca a son intérêt, mais ça bride la créativité de façon horrible, et souvent pernicieuse. Les meilleurs récits sont souvent ceux qui s'en moquent : Killing Joke, Dark Knight Return, Little Gotham, etc, etc. Certains sont ajouté par la suite (Killing Joke) mais ne sont à la base pas conçu pour.


La continuité à un effet vicieux : comme il faut garder un certain statu quo, les récits manquent d'enjeu. Snyder durant les New52 s'est fait une spécialité du récit qui ne mène à rien en faisant croire le contraire : Bruce Wayne mort... Mais en fait non. La bat-family défigurée... mais en fait non. Gotham détruite... Mais en fait non. Etc. Tu dégages l'obligation d'intégrer ça à un récit qui doit perdurer, et tu peux te permettre de faire du lourd, avec des morts, avec des enjeux palpables... Là, on sait que tout finira globalement bien, on ne s'en fait pas beaucoup.

Dans un univers comme celui de DC qui est profondément imprégné d'univers parallèles, ça fait bien suer.

Pour autant, ça ne veut pas dire mettre au banc tout ce qui fonde l'univers. Si c'est pour faire de Batman un mec blagueur, autant mettre Dick dans le récit. Si c'est pour faire du Joker un brave type, est-ce intéressant de le prendre lui plutôt qu'un autre ? A quel moment le perso sert de prétexte plutôt que de servir le récit ?
D'ailleurs, de façon amusante (Ha ha), il n'y a pas tant que ça de bons récits avec le Joker... Et encore moins des récits dont il est le centre. (Joker, d'Azarello et Bermejo, est une merveille.)



(06-04-2019, 14:24)Lucius Forge a écrit : [ -> ]Bah pourquoi pas ? Certaines origin story, si j'ai bonne mémoire, indique que celui qui aurait tué les parents de Bruce serait le Joker (avant qu'il ne devienne le Joker ... mais c'est fondamentalement la même personne dans une origin story donnée). Le pré-Joker créant Batman, Batman créant le Joker, c'est une manière sympathique de raconter l'histoire. Ca a un intérêt certain. 
Bien entendu il faudra voir comment c'est fait parce que, là encore, c'est à mon sens le point le plus important : Peu importe l'histoire, pourvu qu'elle soit bien racontée.

Batman de Tim Burton fait de Jack Napier le Joker, en effet.
Mais on est sur un axe différent : Jack n'est PAS le Joker. Il est un truand ambitieux qui va, certes, créer indirectement sa future Némésis. Jack cré Batman qui cré le Joker : Le Joker n'est pas antérieur, même s'il est part du processus.
Là, le Joker se cré "seul" si je puis dire. Il précède Batman. C'est une remise en cause assez profonde d'une des bases du personnage de Batman, et ce qui en fait son principal intérêt : ayant créé ses ennemis, Batman n'est-til pas aussi, sic e n'est plus, dangereux que ses adversaire ?

Tu as le récit White Knight qui se penche un peu sur la question - plus généralement sur la dangerosité de Batman, certes. Très bon récit, en one-shot et hors continuité en plus.
(Ce qui explique sans doute qu'il soit bon, tiens...)

(06-04-2019, 16:14)Swompy Time 2.0 a écrit : [ -> ]Le Joker ... arf ... déjà l'idée d'un Joker sans Batman est assez étrange à première vue, vu que la chauve-souris ferait un bon antagoniste. Pourquoi pas.
Une origine story ? Pourquoi pas, on en a une chez Burton et dans la série animée. Celle-là sera sûrement intéressante si nouvelle (se qui a l'air d'être le cas).

Laquelle de série animée ?
o_O
Un des films, peut-être ? Ou une série récente ?
Hmmm c'est délicat. Je pense que le concept même de canon est assez flou. Parce qu'au final en disant ça :


Citation :Pour autant, ça ne veut pas dire mettre au banc tout ce qui fonde l'univers. Si c'est pour faire de Batman un mec blagueur, autant mettre Dick dans le récit. Si c'est pour faire du Joker un brave type, est-ce intéressant de le prendre lui plutôt qu'un autre ? A quel moment le perso sert de prétexte plutôt que de servir le récit ?

D'ailleurs, de façon amusante (Ha ha), il n'y a pas tant que ça de bons récits avec le Joker... Et encore moins des récits dont il est le centre. (Joker, d'Azarello et Bermejo, est une merveille.)

Ca m'évoque plus la cohérence que le canon. Et par ailleurs sur ce que tu dis dans cette quote et au dessus, je suis assez largement d'accord avec toi. C'est d'ailleurs une critique qui revient souvent sur le Joker de Jared Leto, en lui même il n'est pas mauvais, le style graphique est novateur (et pour moi parfaitement cohérent avec un Joker moderne). Le souci c'est plus sa relation avec Harley Quinn qui est vraiment trop classique par rapport aux comics et pas cohérente avec les deux personnages. 
Bon j'ai pas spécialement d'avis sur le sujet vu que je n'ai pas encore vu Suicide Squad, donc à voir.


Et oui ! Le personnage doit servir le récit on est d'accord. Justement le prendre à contrepied peut être intéressant (même si ça ne semble pas être le cas ici). J'ai souvenir d'un comics où Superman devient "méchant" et pose un réel souci ... bah parce qu'il est trop fort justement. Je crois qu'ils s'en sont servis pour faire Batman vs Superman (mais n'ont pas été jusqu'au bout du truc et l'ont mal fait). 

Citation :Je différencie le canon (qui est donc apparut et est maintenu de façon officiel dans un univers) et la continuité.

Le souci c'est que beaucoup ne font pas la différence. Parce que Luke a eu besoin d'un enseignement pour maitriser la Force, alors Rey ne peut pas avoir une maîtrise naturelle de celle-ci : C'est canon, donc le 7 est pourri (je sais, je reviens sur mon analogie Star Wars, mais c'est le truc le plus évident à titre d'exemple).

En un sens ça rejoint la crainte que tu as de voir des gens dire "Cette origin story est l'UNIQUE origin story du Joker" et du coup je comprends que ça te fasse chier. Mais bon on ne pourra jamais empêcher les gens de penser des choses et d'autres. Autant ne pas se priver d'un potentiel bon film pour cette raison.



Citation :Batman de Tim Burton fait de Jack Napier le Joker, en effet.
Mais on est sur un axe différent : Jack n'est PAS le Joker. Il est un truand ambitieux qui va, certes, créer indirectement sa future Némésis. Jack cré Batman qui cré le Joker : Le Joker n'est pas antérieur, même s'il est part du processus.
Là, le Joker se cré "seul" si je puis dire. Il précède Batman. C'est une remise en cause assez profonde d'une des bases du personnage de Batman, et ce qui en fait son principal intérêt : ayant créé ses ennemis, Batman n'est-til pas aussi, sic e n'est plus, dangereux que ses adversaire ?

Tu as le récit White Knight qui se penche un peu sur la question - plus généralement sur la dangerosité de Batman, certes. Très bon récit, en one-shot et hors continuité en plus.
(Ce qui explique sans doute qu'il soit bon, tiens...)

C'est pourtant un axe intéressant non ? Une modification profonde de l'histoire (l'origine de Batman) pour tirer une bonne histoire. Il faut voir comment ils tournent le truc dans ce film mais ça peut aussi être intéressant. Et une fois encore, même sans aucun lien avec Batman (ce qui sonne étrange, de base), il y a peut-être des choses intéressantes à créer, à donner à voir et à comprendre. 
En plus tu affirmes que Batman crée le Joker, que c'est dans son ADN, or pour éviter de dire des conneries j'ai été consulté la page Wiki du Joker et visiblement Batman créant le Joker c'est l'origine la plus répandue mais pas l'unique, loin s'en faut. 

Bref l'important c'est que l'histoire soit bonne à mon humble avis. Si elle apporte des choses et si un Joker sans Batman contribue à produire une bonne histoire, alors pourquoi pas. Pour moi il ne faut pas se focaliser et se dire "ça y est c'est gravé dans le marbre".
(06-04-2019, 19:29)Lucius Forge a écrit : [ -> ]C'est d'ailleurs une critique qui revient souvent sur le Joker de Jared Leto, en lui même il n'est pas mauvais, le style graphique est novateur (et pour moi parfaitement cohérent avec un Joker moderne). Le souci c'est plus sa relation avec Harley Quinn qui est vraiment trop classique par rapport aux comics et pas cohérente avec les deux personnages. 

Pour le coup, je trouve que c'est un angle intéressant qu'aborde SS. Il le fait mal, mais ça change. certaines histories laissent d'ailleurs entendre qu'il y a un amour réciproque entre les deux. Un amour fou (littéralement) et extrêmement toxique. Que SS aborde cet angle, bonne idée. Qu'il le fasse comme il l'a fait... heu...
Après, moi je trouve Jared Letto très bon en Joker. C'est peut être même le seul truc bien de ce film, en fait.

(06-04-2019, 19:29)Lucius Forge a écrit : [ -> ]J'ai souvenir d'un comics où Superman devient "méchant" et pose un réel souci ... bah parce qu'il est trop fort justement. Je crois qu'ils s'en sont servis pour faire Batman vs Superman (mais n'ont pas été jusqu'au bout du truc et l'ont mal fait). 

Injustice, si tu prend un comic récent. Le volume 1 de ce comics, c'est ce que j'aurais voulu voir dans Star Wars III, d'ailleurs.
Sinon, t'as Red Son (et si Superman était communiste) qui reprend cette idée et qui fait partie des lectures indispensables (à mon sens) chez DC.

Pour Batman VS Superman, ils s’appuie surtout sur Dark Knight returns - mais manifestement sans avoir comprit le propos de ce comics.
Par contre, le premier jet de ce qu'aurais du être Justice Ligue reprenait effectivement l'idée d'un "bad Sup' " : Le premier film aurait du montrer la chute de la Ligue et du monde face à un Sup' devenu mauvais, et le second film la victoire de la Ligue suite au retour dans le temps de Flash.
Parait que les studios n'y ont pas crus, et on modifié le bordel jusqu’à produire leur... Truc.
Un an après sortait Infinity War.
*Soupir*


(06-04-2019, 19:29)Lucius Forge a écrit : [ -> ]C'est pourtant un axe intéressant non ? Une modification profonde de l'histoire (l'origine de Batman) pour tirer une bonne histoire.

Pour moi, un traitement intéressant de ce genre de renversement serait de faire du Joker le déclencheur du Batman.
Pas en tant que tueur de ses parents, mais en tant que source d'inspiration : "ce criminelle se maquille pour se donner une aura, je dois faire pareil et me créer un mythe". Ca changerait du "oh, une cgauve souris, si je me déguisais comme ça !".

(06-04-2019, 19:29)Lucius Forge a écrit : [ -> ]En plus tu affirmes que Batman crée le Joker, que c'est dans son ADN, or pour éviter de dire des conneries j'ai été consulté la page Wiki du Joker et visiblement Batman créant le Joker c'est l'origine la plus répandue mais pas l'unique, loin s'en faut.

J'entends "créer" au sens métaphorique. le Joker n'existe que par envie de s'opposer à Batman. S'il se donne tout ce mal, s'il se déguise ainsi, c'est pour créer un mythe chaotique opposé au mythe ordonné qu'est Batman.
La cuve de produit, c'est presque un détail à coté de ça.
Smile
Pages : 1 2 3 4 5 6 7