Warmania Forum
[concours] [Pour une poignée de...] Les Anciens - Version imprimable

+- Warmania Forum (https://warmania.com/forum)
+-- Forum : Communauté (https://warmania.com/forum/forumdisplay.php?fid=17)
+--- Forum : Créations personnelles (https://warmania.com/forum/forumdisplay.php?fid=112)
+---- Forum : Récits et Poésies (https://warmania.com/forum/forumdisplay.php?fid=117)
+---- Sujet : [concours] [Pour une poignée de...] Les Anciens (/showthread.php?tid=5557)



[concours] [Pour une poignée de...] Les Anciens - DSM - 11-10-2018

2062. La France et l'Europe ne sont pas devenues le meilleur des mondes. C'est pire (et plus chaud) qu'avant, probablement, surtout si l'on écoute les anciens, les petits vieux, ceux qui ont connu le passage du millénaire – ceux qui maintenant claquent leurs économies dans des maisons de retraite climatisées où les abandonnent leurs (éventuels) enfants.
Dans les quartiers « populaires », le décor n'avait pas vraiment changé non plus. On s'y débrouillait toujours à coups de petites combines en attendant de tomber sur la bonne affaire, celle qui permettrait d'aller jouer avec les requins de la haute.
Deux potes, Pelo et Mika, discutaient, assis dans la cage d'escalier décrépite d'une éco-résidence datant des années 20.
— T'es en forme pour le bizness ?, finit par demander Pelo. J'ai un nouveau plan.
Mika le regarda d'un air mi-figue mi-raisin, où l'envie le disputait au doute.
— 'Tain, j'parie qu'c'est encore un truc foireux. OK, balance !
— Tu sais, le mouroir aux p'tits vieux, dans la rue à côté ? On m'a demandé d'y faire un tour.
— Sans déc' ? C'est que des pauv' séniles.
— T'as p'têt raison, mais j'ai un Johnny qui veut des livres à eux.
Mika ne pouvait ouvrir des yeux plus grands.
— Des... livres ? Mais kesski va fout' avec ?
— Pas mon problème, tant qu'il paye. C'est du blé facile. Y'a pas de vigiles, que des infirmiers. Alors, t'en es ?

***

Les deux amis s'étaient approchés à la faveur de la nuit. À l'arrière de la maison de retraite, un papi insomniaque nourrissait les chats errants du quartier.
Une seule salle était encore éclairée. Depuis la fenêtre ouverte s'entendaient râleries chevrotantes et cris occasionnels – de frustration, de rage, parfois de joie aussi.
Pelo et Mika se regardèrent, surpris. Ils ne comprenaient pas.
Ils n'étaient pas les seuls, visiblement. Un aide-soignant et une infirmière sortirent vapoter à ce moment.
— C'est aberrant, fit le premier. J'te jure ! Tout le temps la même chose...
— Clair ! Ils refusent la moindre simsens et préfèrent revivre les mêmes conneries. Avec Alzheimer ils se rappellent même pas qu'ils ont fait la même chose la veille au soir...
— Alors que lui, il va mieux, dit le premier en montrant le vieux aux chats.
— C'est juste que ces p'tits cons m'ont tué trop vite !, répliqua celui-ci sans aménité.

***

Pelo avait récupéré un plan de l'EHPAD. Leur cible, la bibliothèque, était juste à côté de la pièce allumée.
Mika découpa le verre, accéda à la poignée, et ouvrit discrètement la fenêtre, qui n'était même pas protégée par la moindre alarme.
Il entrèrent discrètement dans la pièce enténébrée. Personne. C'était parfait !
Activant l'amplification lumineuse de leurs lunettes connectées, ils commencèrent à chercher leurs cibles dans les nombreux rayonnages, où l’ordre le plus parfait côtoyait un bazar de livres ou magazine usés reposant pêle-mêle sur des boîtes en carton, de tous formats et aux couleurs fanées par le temps.

Quelques minutes plus tard, la porte s'ouvrit, révélant une vieille dame qui alluma la lumière et entra à petits pas.
— J'suis sûre que dans ce supplément..., marmonna-t-elle avant de relever la tête.
Elle s'arrêta en voyant les deux jeunes, aussi surpris qu'elle.

***

Elle réussit son jet d'init' – c'est, en tous cas, comme cela qu'elle le perçut.
— Alerte ! Des rogues dans la salle aux trésors !, cria-t-elle.
— Ta gueule, mamie, ou j'te descends, répliqua Mika en dégainant son calibre.
— Il t'arrivera rien, renchérit Pelo, si tu nous dis où trouver...
Elle le coupa en criant de plus belle.
— Il faut les capturer et les torturer ! Qui est leur commanditaire ?
— Pas la peine, chérie, répondit une voix lasse hors de la pièce. Ils ne sont qu'une rencontre aléatoire.
Dépitée, elle récupéra des dés dans ses poches, et commença à les jeter sur les intrus.
Mika, surpris, ne tira pas. C'était quoi cette vieille ?
— Pelo, chope les trucs et on s'tire !
— Je les trouve pas, bordel !
Derrière la mamie arrivaient d'autres résidents, pas inquiets pour un sou. Plutôt amusés, même, en particulier un gars en fauteuil roulant, qui pianotait frénétiquement sur une vieille tablette tactile.
— Attendez, j'active mes pièges !
— Vous avez entendu ?, caqueta l'ancienne. Y'a rien pour vous ici, alors fuyez, pauvres fous.
Mika agita son flingue.
— Arrêtez ça ou j'vais devoir vous tuer !
— Tu bluffes, Martoni !, répliqua un papi.
Ils rigolèrent, tous autant qu'ils étaient.
— On touche pas à notre trésor !, fit un autre des petits vieux, agitant sa canne entre deux quintes de toux.
Le grabataire en fauteuil, tablette en main, sourit vicieusement.
Une alarme se déclencha. Puis des fumigènes. Puis encore des drones, qui sortaient de cachettes partout dans la pièce, tendant des câbles ou harcelant les intrus comme un escadron de guêpes.
Pelo recula, trébuchant. Mika tira dans le vide, manière de faire peur – c'était pas un tueur, non plus. Mais ces p'tits vieux étaient trop dérangés pour lui.
Résonna alors la voix ferme de l'infirmière.
— Allez on se calme, je viens d’appeler la police.
— Roohhh, on commençait à peine à s'amuser !, râla la mamie.

C'en était trop pour les deux apprentis runners, qui s'enfuirent les mains vides et la queue entre les jambes.
Derrière eux résonnèrent des éclats de rires.
— Dire que j'aurai tout oublié demain..., conclut la vieille d'une voix triste.

***

Les jeunes inconscients. S'ils s'étaient seulement renseignés, ils auraient compris qu'il fallait laisser le dragon dormir tranquille dans son antre. Le nom de l'EHPAD était assez clair, pourtant...

« Maison de retraite Kroc le Bô – geek un jour, geek toujours ! »

***

Dans une demeure cossue du centre ville, un vieil homme enrageait. Son secrétaire lui avait rapporté le dernier échec en date.
— Un jour vous serez miens, oui, un jour vous serez miens, rumina-t-il en regardant ses étagères.
Deux espace libres dépareillaient sa collection presque complète de Donjons & Dragons. De même, un peu plus loin, manquait le premier Realms Of Chaos...



RE: [concours] [Pour une poignée de...] Les Anciens - la queue en airain - 07-11-2018

Dis donc, toi... Tu racoles pour avoir des voix faciles ? C'est mesquin de flatter les vioques dans le sens du poil.
Je t'avais zappé mais j'avoue, c'est de la bonne.

le squat
là, chéri ! 5 PExs !


RE: [concours] [Pour une poignée de...] Les Anciens - DSM - 07-11-2018

(07-11-2018, 01:57)la queue en airain a écrit : Dis donc, toi... Tu racoles pour avoir des voix faciles ? C'est mesquin de flatter les vioques dans le sens du poil.
Je t'avais zappé mais j'avoue, c'est de la bonne.

le squat
là, chéri ! 5 PExs !
Merci !
Et non, ce n'est pas le but. Mais le fait que l'on soit sur un autorevendiqué forum de vieux m'a inspiré, j'avoue ^^

DSM
Où ça ? Moi vois, moi tue !


RE: [concours] [Pour une poignée de...] Les Anciens - Mehapito - 11-12-2018

Citation :Dépitée, elle récupéra des dés dans ses poches, et commença à les jeter sur les intrus.

En plastique bleu les dés, évidemment !