Les Tyranides Et L'immatérium
#31

Citation :40,745 (745.M41): Les représailles des Ultramarines contre l'Empire Tau tournent court, du fait de l'invasion de la Flotte-Ruche Behemoth.
PREMIERE GUERRE TYRANNIQUE. La Flotte-Ruche BEHEMOTH attaque le monde d'origine des Ultramarines, MACRAGGE. Elle est finalement vaincue, au prix du sacrifice de la totalité de la Première Compagnie des Ultramarines.

De Taran.


Si on regarde la date, avec le fluff actuel (ou bien passé ), on remarque que les Tyranides ne sont dans cette galaxie que depuis 300 ans. Si on part du principe qu'ils n'utilisent pas le warp, et qu'ils se déplacent à la vitesse maximum possible, c'est à dire celle de la lumière ; en sachant que les distances moyennes entre systèmes, dans la réalité sont plutôt de l'ordre de la distance parcourue en une centaine d'années à la vitesse de la lumière, vu la zone galactique qu'ils attaquent, on va dire cinquante parce qu'on est gentils pour l'exemple, alors on constate que les Tyranides n'ont bouffés en 300 ans que 6 planètes au grand max. 18 si les trois flottes ruches n'avaient été attaquées. Le grand dévoreur fait nettement moins peur, tout d'un coup.


Bon, je pense qu'on peut balancer advanced space crusade aux orties, tout du moins pour ce sujet.


Edit : j'avais pas vu que Crazycow disait la même chose dans son édit. Ça fait doublon, mais n'en est pas moins vrai.

Répondre
#32

Citation :d'autre part, ils ne savent pas que l'Humanité a un tel talon d'Achille. Il ne l'a jamais atteint (statistiquement, vu le nombre de saloperies Tyranides se baladant dans les soutes de vaisseaux spaciaux, chaque planète devrait avoir son lot de cultes, mais il ne sont que peu d'après le fluff. Il faut croire que les Genestealer n'aiment pas débarquer tant que cela ... et je ne parle même pas des quelques vaisseaux-monde qui les esquivent avec une facilité déconcertante).
Disons qu'à l'instar du film référence, l'ignorance du nombre de passagers clandestins en transit dans l'univers participe à la menace sous-jacente.
Dans les deux derniers opus de la saga Alien, le risque est que la Bête tombe par hasard sur la Terre.


Dans la (catastrophique) "saga" Starship Troopers, les trucs veulent trouver la Terre.


Dans 40k, les tyranides s'en foutent. L'univers est trop vaste, et comme tu le dis si bien, DocMad, l'Ombre ne peut qu'ignorer la lumière de l'Astronomican. Les Flottes-Ruches frappent donc au hasard, elles ne voient pas très loin.


Trois flottes-ruches, trois lieux de la galaxie. On sait où elles sont, mais dès qu'on zoome... Même le meilleur Navigateur, pour tomber direct dessus...


Comme le prouvent Crazycow et Commandeur Cyrius, la différence entre vré et néo fluff est parfois plus subtile qu'écrite. J'apprécie 40k parce que ce qui s'y passe est lent, c'est... reposant. Les 40kiens (nos figs) ne pensent pas comme nous. Nous, nous sommes des planétaires. Dans 40k, chaque voyage spatial prend des mois, chaque nouvelle met des années à se diffuser. La galaxie est un désert, immense, avec quelques lumignons brillant sur quelques planètes très isolées dans l'ignorance souvent de ce que peut abriter ladite planète 300km au-delà des enceintes urbaines.


Il n'y a pas de vision globale (seule l'Empereur peut en avoir une et c'est d'ailleurs essentiellement ce qui définit l'Empereur). Le Conseil des Hauts Seigneurs de Terra tranchent sur des trucs qui ont eu lieu ou auront lieu si tout va bien, en s'appuyant sur les statistiques et projections des calculator logis. Ils ne gèrent pas en temps-réel.


Rien, dans 40k, ne peut se gérer en temps-réel. La moindre planète demande de gérer des décalages horaires. L'immense majorité des évènements n'est pas relatée dans les Codex, ce qui surdimensionnent ceux qui y sont. Nous manquons de références pour mesurer la propagande (même si l'attachée de presse Ultramarine valait le salaire que les survivants lui accordèrent pour l'enrobage du coup de bol lors de Behemoth).


Seul le destin individuel, la vie anonyme de chaque individu, dans un cadre géographique extrêmement réduit (la ruche, la cale, le champ de bataille), sont du temps-réel, des parenthèses de temps volées à des époques où on ne fait que passer (lorsqu'on est garde impérial, par ex). Tout ça fait que nos batailles sont nos batailles, du concret, du local, de la grosse escarmouche, insignifiante, mais avec l'importance de notre propre vie face à l'Histoire de l'Humanité.


Tenter une campagne galactique, détruisez la Mars de l'Adeptus Mechanicus comme je l'ai fait : vous romprez l'époque commune, qui n'est pourtant celle de personne (qui s'interroge : tu joues en quelle année, toi ?), pour entrer dans une nouvelle époque, qui sera celle de tous car pleinement la vôtre.


C'est tout le paradoxe de 40k : plus l'univers est vaste, moins on peut y voyager, plus le Warp est puissant, moins on peut s'en servir.


Qu'importe ainsi que les flottes-ruches tyranides mettent des siècles à relier deux systèmes solaires. Elles se replient sur elles-mêmes, se congèlent, ça ne change rien pour elles, ça ne change rien pour nous (tu joues où, toi ?). Pour toutes les autres races, le fluff offre le Warp. La magie suffisait à 40k pour expliquer les pouvoirs psychiques, le Warp était nécessaire pour plier le temps. Chacun remarquera que pas un héros 40kien n'est ressorti du Warp avec 30 ans de moins malgré que le Warp soit défini comme cet aléatoire à double sens. Pas d'armure de space marine du Chaos avec un bébé babillant dedans. Les 40kiens ressortent du Warp comme ils y entrent et gomment les siècles qu'un voyage physique aurait nécessité. Le Commandeur Dante est bi ou tricentenaire d'age réel, millénarié d'age relatif.


"Une escouade demande à rentrer mais je n'en connais aucun. Peut-être partie avant que tu sois né, va réveiller le dreadnought."


Il faut lire "La Guerre Eternelle" de Joe Haldeman pour considérer ainsi la mentalité d'un 40kien : à chaque fois qu'un croiseur rapide space marine part en mission, ses occupants disent adieu à ceux qu'ils connaissaient à la forteresse du chapitre : ils ne se reverront pas, ou bien moins. Tu pars il est griffe sanglante, tu reviens il est long croc. Peut-être même ne se souvient-il même plus de toi. Les finalement rares humains qui voyagent par le Warp ne forment qu'un monde de fantômes, faisant escale parfois près de bribes d'inconnus.


Les tyranides, eux, dérivent au rythme de l'univers physique, et ce qu'ils rencontrent est bouffé quand même. Les tyranides n'ont pas besoin du Warp. Mais le Warp, pour nous, c'est l'espoir de vivre un monde différent avec nos propres règles de planétaires, d'horizon court, de vision globale.


Il n' y a pas d'espoir dans 40k. Trop de paramètres tuent l'espoir, épargnent juste quelques petits espoirs locaux, dans un petit cadre local, des petits espoirs qui disent : si, on peut gagner cette bataille.


Même si ça ne changera pas la guerre.


Et les tau ont des émotions, KingKull, et pas d'impact dans le Warp.

Répondre
#33

Salut a tous j'ai pas eu le courage de tous lire, mais pour répondre a BossUltime on dit que les tytys on un reflet dans le warp est c'est ... les trous noirs. Et oui car les trous noirs ça mange tous.


Même si c'est ma réponse y a un truc que je comprend pas, c'est que les trous noirs c'est pas dans le warp. [img]<fileStore.core_Emoticons>/emoticons/default_blink.png[/img]


Enfin j'espère avoir éclairé ta lanterne sans l'éteindre. [img]<fileStore.core_Emoticons>/emoticons/default_smile.png[/img]

Répondre
#34

Citation :Salut a tous j'ai pas eu le courage de tous lire,

Alors pourquoi tu réponds?


En plus, ton message n'est basé sur rien, dans quel WD ou bouquin as tu lu cela?


Et la moindre des politesses lorsqu'on dboule sur un forum, c'est de lire les posts des autres au lieu de répondre à tort et à travers.

Répondre


Atteindre :