4ok : des crânes, du lisse ou les deux ?
#14
Citation :'avoue avoir un faible en considérant qu'au delà du côté "un peu" radical de la vérité impériale, il y a une tentative de pépé d'apporter la solution au problème du chaos.

Dans le fluff de base, l'Empereur est clairement montré comme dernier rempart contre le chaos. Et globalement en première lecture, on nous dit "la fin justifie les moyens".

Mais 40K ne nous dit pas ça, et ce principe est invalidé par deux thèmes principaux de l'univers:

- le vieil empire croulant qu'est l'Imperium au 41ème millénaire: il est contenu dans l'Imperium de 30K. C'est parce que les moyens utilisés par l'Empereur sont tout pourris que ça a donné ça: son truc ça ne marche pas (on ne sait pas bien ce qu'il voulait faire avec la Toile.... je vois pas en quoi ça aurait permis d'échapper au chaos, les eldars, ça les a pas sauvé), c'est même limite pire.

- le chaos est un reflet de ce que les humains font. Mener les gens à la trique, on voit bien que ça a jamais marché (ou ça ne marche qu'un temps). Ca génère frustration, colère, haine, et ça permet à l'intelligencia de se vautrer dans le pouvoirs et le bling bling, c'est comme ça qu'ont dérivées toutes les dictatures modernes. L'humain est l'humain et restera l'humain. Si on considère que la fin justifie les moyen contre le chaos, que cette menace justifie n'importe quel recours, ben il faut laisser les coudées franches aux tyranides, ce sera encore ça le plus efficace... et entre l'extermination totale et vivre dans le régime de Pépé, à tout prendre....

L'Empereur a voulu combattre la colère, le désespoir, le désir de changement et l'attrait pour le fantasme en menant une guerre ultra brutale, en exterminant ceusses qui sont pas d'accord et en soumettant ceusses qui sont d'accord à un régime de fer, en chamboulant toute l'organisation galactique, et en entourant son régime de toute un décorum martialo-facho bling bling. Interdire la religion déjà... alors qu'il savait pertinemment que les dieux existent. Le mieux c'est quoi? Dire "regardez comme c'est vilain et comme ça va vous pourrir la gueule, donc arrêtez avec ça" ou "non non les dieux n'ont jamais existé et je vais péter les dents de tous ceux qui y croient", sachant qu'au premier truc surnaturel, les gens vont dire "non seulement il nous a pété les dents, mais en plus c'étaient des conneries!".

Y a pas une erreur dans l'énnoncé? Où alors il voyait à long terme et pour lui ça n'était qu'une transition brutale mais nécessaire. Le problème est qu'il a oublié que les moyens peuvent vider la fin de sa substance: c'est pour moi ce que nous dit l'histoire de la Grande Croisade et de l'herésie qui accouchent de l'Imperium croulant de 40K. Ce n'est pas la fin qui a été perdue de vue, ce sont les moyens qui ont empêché la fin.... et qui ont mené vers l'Imperium tel qu'il est dépeint à 40K. Au final, pour combattre l'aliénation de l'humanité qu'est le chaos, on en a créé une autre tout aussi peu désirable. Parce que bon, ouais le chaos c'est pas terrible parce que ça a l'air de faire mal.... mais l'Imperium aussi! Du coup c'est une histoire de peste et de choleras.

Là pour moi ça prend tout son sens (et le côté grotesque de l'univers, son côté second degré et son mode "fuck no future" me donnent de sacrés indices pour me dire que cette interprétation a du vrai, et comme je le disais, même les romans HH vont dans ce sens).

C'est l'idée qu'une cause, aussi grande et au premier abord positive soit-elle, n'est finalement qu'une chose abstraite, et sa valeur ne sera jugée qu'à l'aune des actes, bien concrets eux, qui ont été commis en son nom.

Le problème, c'est que Pépé passe du coup pour un débile mégalo. Et honnêtement, y a un peu de ça. La façon dont je "règle" le problème, c'est qu'il est tellement éloigné des humains qu'il prétend protéger, comme je le disais, qu'il a perdu de vue où est le problème. Il juge que les hommes pourront s'élever à son niveau (en leur mettant sur la goule, je vois pas trop comment mais bref) mais oublie quels sont leurs réelles faiblesses (qui sont à l'origine du chaos).

Citation :Y'a pas longtemps, en lisant un bouquin histo, je note que la référence historique de la Garde de Fer de Mordian, au moins dans le nom, est a rechercher dans la Garde de Fer de Roumanie, milice fasciste ayant commis les pogroms massif que l'on connait. Amusé, Je poste la remarque sur le groupe Astra Militarum de FB. Blasés Big Grin , Les vieux briscars me disent que oui, tout comme les commissaires V1 étaient en uniforme SS, etc.

C'est justement en effet le sous texte qui justifie un recours à de telles références et de tels symboles. Y a un côté ultra provocateur pas subtil, comme les punks qui arborent des croix de fer, des totenkopf et des éclairs SS pour donner un bon coup de poing dans la bienséance (on retrouve totalement ça dans 40K, notamment avec l'éclair, symbole de l'Empereur que l'on retrouve sur les guerriers tonnerres et les Custodes, les croix de fert sont communément utilisées (la crux terminatus) et le crâne n'en parlons pas.... l'usage de ces symboles dans 40K, c'est pas juste pour le fun, ça a du sens, et ça ne s'arrête pas aux symboles... tout l'Imperium est un condensé bourrin et subtil à la fois de toutes les déviances des totalitarismes modernes: c'est une hyper critique à la Verhoeven (Starship Troopers) ou à la spinrad (Rêves de fer) de ce type de régime).

Derrière c'est une critique du truc, et de la manière dont la plupart des gens peuvent facilement se faire avoir par ce genre de symbolique et d'idéologie. Comment ces idéologies haineuses et brutales sont contenues de façon latente derrière notre bienpensance et les apparences, et comment il est facile d'y prendre part quand les circonstances (et notamment qu'un petit malin brandit un péril mortel en guise d'épouvantail) s'y prêtent. Je vais pas partir sur un cours d'histoire, mais la société allemande des années 20/30, c'est l'une des plus avancée, éclairée et raffinée que le monde avait connu jusque là (selon des critères modernes de progrès), capable de produire des artistes et des esprits parmi les plus brillants de l'époque moderne (Einstein, Shroedinger, Planck...).

40K nous dit que l'enfer est pavé de bonnes intentions et qu'au nom du progrès et du salut de l'humanité, on peut commettre les pires barbaries, la pire des aliénations, la plus démente des folies. Personne ne dit se battre pour la régression, l'obscurantisme, la destruction. A 40K, le chaos le fait et du coup il est largement moins hypocrite que tout le reste et pour cause puisqu'il assume et libère totalement les pulsions que les autres prétendent combattre mais sans jamais arriver à juguler.

La seule façon de combattre le chaos (hormis un gueuleton géant offert aux tyranides), ce serait une société de moines bouddhistes zen, qui ont laissé derrière eux toute aspiration au pouvoir, à la reconnaissance, à la domination. Le problème c'est que l'homme n'est pas capable d'arriver à ça, et tend même vers l'inverse total, et c'est bien là où 40K est un univers sans espoir, très pessimiste sur la nature humaine. On reste dans une dialectique punk "no future".

Citation :Mais sur la demie-douzaine de commentaires, je n'ai pas eu 1 mais 2 messages d'insultes en mode agressif. Je ne sait pas si ces gars sont des joueurs Mordians (anagramme de Romani +d) mais très clairement ce rapprochement les mettait "en danger" ou du moins les agaçait très fortement, jugeant que cela n'avait rien a faire dans "leur" jeu.

Je trouve ça étrange, voir inquiétant ce basculement vers le premier degré.

Moi je me souviens que quand j'ai commencé à m'intéresser à 40K avec des potes au collège, ça générait un certain malaise. Même à 13/14 piges, on captait bien que c'était pas anodin comme univers. Et je me rappelle m'être souvent dit "mais c'est vrai que c'est un peu facho comme univers quand même" et dans le même temps "pourquoi je trouve ça si cool alors". Et j'ai finis par piger que c'était précisément là où ce genre d'univers voulait mettre le doigt: sur ce type de paradoxe qui nous anime. Et le second degré et le "grotesque" de l'univers était bien là pour nous rappeler que cétait plus une hyper critique ludique qu'autre chose.

J'ai l'impression qu'aujourd'hui, ça ne choque plus au premier abord, et que ça passe crème... et ça oui ça m'inquiète. Parce que je me dis que si un décorum et une idéologie de ce type créés pour un jeu, de façon grotesque histoire de bien en souligner les contradictions et l'absurdité, par des geek/punk dans les années 80, et ben ça fonctionne au premier degré chez certains, je n'imagine même pas si quelqu'un vient avec une vraie idéologie de ce type, comment la société serait capable d'y adhérer.

Si il suffit de dire "nous combattons pour le progrès, pour sauver l'humanité, pour amener à une ère éclairée" pour que les gens répondent "ah bon, ok, donc eux ce sont les gentils" alors que derrière, le truc est porté par des ubermensh fanatiques et ultra brutaux, qu'on met des types genre Horus, Angron ou même Guilliman à sa tête, ben oui, ça me pose question.

Donc je tiens à l'aspect grotesque de l'univers (et donc à son décorum bling bling, à sa démesure, à ses excès).... toute son essence y réside.
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: 4ok : des crânes, du lisse ou les deux ? - par Egill - 27-02-2019, 14:42
RE: Games Workshop : News - par Marduck - 08-02-2019, 15:45
RE: Games Workshop : News - par Morikun - 08-02-2019, 16:16
RE: Games Workshop : News - par Egill - 08-02-2019, 17:47
RE: Games Workshop : News - par Alfie - 08-02-2019, 19:12
RE: Games Workshop : News - par Egill - 08-02-2019, 20:12
RE: Games Workshop : News - par Alias - 08-02-2019, 21:04

Atteindre :