Film Dune
(10-10-2021, 21:51)Alias a écrit : Au final, je laisse quand même au film le bénéfice du doute, peut-être la suite montrera-t-elle ce qu'est réellement l'âme de Dune en tant qu'oeuvre littéraire auquel cas ce premier film serait une vaste opération d'enfumage du public en lui faisant croire qu'il a compris les enjeux alors qu'il se met le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os. Si tel est le cas, je pourrais même applaudir le concept, l'enfumage des masses étant une thématique largement développée dans les romans.

Je suis en train de relire le bouquin, comme je le disais. Et j'ai pas mal de plaisir à le faire parce que je me rend compte à quel point ma vision de Dune est imprégné du (des maintenant) film.

Le premier tome, jusque là (j'en suis au moment de la moissonneuse qui se fait engloutir par le ver), me surprend beaucoup: il y a des tas de choses que l'on voit dans les deux films... et qui ne sont pas du tout dans le bouquin.

Le voyage entre Caladan et Arrakis n'est pas du tout décrit. On ne nous décrit même pas comment ça marche les voyages spatiaux (c'est à peine évoqué que c'est grâce à l'épice). Ca vraiment j'étais persuadé que c'était dans le bouquin, ça m'a vraiment étonné. La Guilde, on en entend parler qu'en filigrane, on ne voit jamais de membres de la guilde dans le début du bouquin.

Les Bene Gesserit, pareil, on ne voit que la Révérende mère au début qui nous place l'histoire du Kwisatz Haderach, et le reste, on ne le sait qu'à travers le personnage de Jessica. Mais on ne nous décrit jamais l'importance de cette organisation, son ampleur, son rôle dans la géopolitique de l'Imperium.

Dans cette première partie du bouquin, on a vraiment l'impression qu'en effet ce sont les grandes maisons et l'empereur qui sont les principaux acteurs.

Pareil pour Yueh. Le bouquin casse complètement l'effet de surprise car on sait dès le début que c'est un traitre. Avant même qu'on se soit demandé s'il pouvait y en avoir un, et même pourquoi il pourrait y en avoir un. La chute des Atréides est totalement attendue. Même la présence des Sardaukars et le rôle de l'Empereur sont "spoilé" dès le début. Les Atréides avaient tout capté dès le début et n'avaient qu'un infime espoir de pouvoir renverser la balance. Ils vont direct vers leur destin en sachant de quoi il retourne.

C'est assez surprenant, je ne me souvenais pas de ça. Et je trouve que c'est justement ça qui donne une atmosphère bien particulière à Dune: dans cet univers, les magouilles et intrigues politiques sont tellement développées que les protagonistes les captent très vite, s'y attendent toujours plus ou moins. On est dans une ambiance ou tout n'est que calcul, prévision des évènements à venir. Ca donne vraiment une ambiance particulière, et c'est ça en fait qui introduit toute la dimension mystique avec le côté préscience ou les capacités d'analyses hors normes de l'esprit humain.

sur les Mentat, oui, j'ai été étonné dans le film de voir que le personnage d'Hawat était très secondaire dans cette première partie. On l'identifie mal comme un personnage central et à part une petite scène, on ne nous évoque qu'à peine les mentats et leurs capacités. Ceci dit dans le bouquin c'est pareil. On nous dit au début que Paul aurait des pouvoir de mentat et pourrait en devenir un (son père lui dit qu'un duc mentat serait un être redoutable), mais on nous dit jamais ce qu'est un mentat exactement. On nous dit qu'ils ont les lèvres tâchées mais jamais ce que c'est qui leur tâche les lèvres (ça a un nom que je n'ai pas retenu, mais on ne nous dit jamais ce que c'est). On comprend juste qu'ils sont des personnages aux capacités d'analyses hors normes et qu'ils font d'excellents agents de sécurité/conseillers/maîtres assassins. C'tout.

Bref, beaucoup, beaucoup de choses sont totalement laissées à l'imagination du lecteur. Mais l'univers, avec son étrangeté, et son atmosphère d'intrigues complexes et de jeux politiques développés, son exotisme, notamment dans les noms, enflamme l'imagination justement. Et je crois que c'est ça en fait l'essence de Dune. Et c'est pour ça qu'il a attiré des types comme Jodorowky, Lynch et maintenant Villeneuve. Mais que du coup, comme toutes les choses qui laissent une large part à l'imagination, quand on en voit la vision d'un autre, y a des trucs qui nous font bizarres.

Je suis étonné aussi de voir que le film de Villeneuve reprend énormément de choses qui ont en fait été introduites par le film de Lynch en fait. On a extrêmement peu d'exposition de l'univers dans le bouquin. Et je me rend compte en le relisant que j'avais vraiment un souvenir flou de ce dernier en fait (j'ai pourtant lu les deux premiers tome 4 ou 5 fois... mais c'était y a longtemps). J'ai vraiment envie de me refaire l'intégrale, histoire de voir comment la suite est amenée et à quel point ça diverge ou non du film de Lynch qui, je me rend compte, a largement imprégné ma vision de cet univers.

Bref, du coup, oui, à voir comment toute la dimension mystique et ésotérique, assez absente du film, va être mise en scène dans la suite.
Répondre
Il est clair qu on ne pourra juger du portage profond de l œuvre qu à la fin de la saga.
Répondre
Citation :Je passe sur la surexposition du personnage de Chani (personnage totalement secondaire dans les livres)

Je ne suis pas d'accord avec ça. Je n'ai évidemment pas tout lu, mais au moins dans la seconde moitié du premier bouquin et tout le deuxième, elle est assez centrale par les enjeux que soulève sa relation avec Muad'Dib

Citation :, l'écologiste impérial qui a changé de genre et qu'on a fait black pour être dans l'ère du temps

Un changement mineur qui n'impacte en rien l'histoire

Citation :, les mentats qui sont au mieux décoratifs,

Moins développé, c'est vrai. J'y reviens après

Citation :le retournement du docteur compacté à l'extrême, etc.

Logique et cohérent, il s'agit d'un média différent. Dans le livre on a aussi du mal à saisir pourquoi il trahit au final : Sa femme est torturée par les harkonnens et il veut être sûr qu'elle est bien morte. On comprend aussi qu'il fait ça pour tuer le baron par l'intermédiaire de Leto, mais bon c'est pas le truc le plus solide de l'histoire à mon sens.

Citation : A l'exception de Paul, Jessica et peut-être Duncan, les personnages sont au final fades à l'écran, leurs rôles, motivations et intérêt étant réduits à la portion congrue. Le film de Lynch arrivait, en moins de temps, à poser bien mieux les personnages. Mais ce n'est pas encore le plus gênant.

Il y a des fusions de personnages. Si Halleck ou Hawat sont moins développés, c'est pour laisser plus de place à Idaho et je pense savoir pourquoi maintenant que j'ai attaqué le second tome ... On verra.
Les Mentats dans le livre en fait, ne joue pas vraiment un grand rôle. Comprends moi : Oui ils sont en filigrane tout le long du bouquin et ils sont les ordinateurs humains du bouquin. Paul lui même est exceptionnel car il est également un Mentat. Maintenant en terme d'histoire pure, leur apport est quasi uniquement utilitaire. Ils ne font pas avancer l'intrigue.


------

Concernant la Guilde, je ne comprends pas ton point de vue, tout ce que le film évoque en rapport au livre, est plutôt fidèle. Là ou s'arrête le film, le livre n'a pas détaillé du tout ce qu'était la Guilde et son importance. On en sait autant que dans le bouquin au même moment : La Guilde gère les transports interstellaire, ça coûte cher et ils ont besoin de l'épice pour ça.
Répondre
Je crois aussi que Alias fait une relecture du premier Dune à l'aune de tout ce qu'il connait par les autres livres.

Dans mes souvenirs, le premier livre parle assez peu de la guilde et du bene geserit. On comprend qu'ils sont là, plus ou moins dans l'ombre, a conseiller les puissants et en fait a les manipuler (sorte d'allegorie du marché et la religion ama) mais l'histoire de ce premier livre ne les mets pas en scène eux.

Pour moi le film retranscrit parfaitement l'impression que laisse le livre 1. Juste la guilde qui mériterait peut être une ligne ou deux en plus histoire qu'on comprenne bien à quel point ils sont essentiels aux voyages spatiaux.
Répondre
(11-10-2021, 00:20)Egill a écrit : Le voyage entre Caladan et Arrakis n'est pas du tout décrit. On ne nous décrit même pas comment ça marche les voyages spatiaux (c'est à peine évoqué que c'est grâce à l'épice). Ca vraiment j'étais persuadé que c'était dans le bouquin, ça m'a vraiment étonné. La Guilde, on en entend parler qu'en filigrane, on ne voit jamais de membres de la guilde dans le début du bouquin.

Les Bene Gesserit, pareil, on ne voit que la Révérende mère au début qui nous place l'histoire du Kwisatz Haderach, et le reste, on ne le sait qu'à travers le personnage de Jessica. Mais on ne nous décrit jamais l'importance de cette organisation, son ampleur, son rôle dans la géopolitique de l'Imperium.

Sur ces deux points là, et comme souvent dans Dune, il y a une petite phrase ici ou là qui est en fait un concentré d'info à côté duquel on passe rapidement à la première lecture.

Dès les premières pages de Dune (juste après le test de Paul), la Révérente Mère explique assez clairement la situation politique de l'univers ou plus exactement la vision qu'elle en a. Elle décrit la situation comme un tripode reposant sur trois entités : L'Empereur, le Landsrad et la Guilde. Ensuite elle explique aussi que seules deux Ecoles ont émergés du Jihad Butlérien : le Bene Gesserit et la Guilde. Le Bene Tleilax est à peine nommé, il ne sera réellement ajouté que plus tard par Herbert, tout comme Ix d'ailleurs.

Un détail con aussi que tout le monde ou presque rate : la datation de l'univers de Dune n'est pas basée sur la création de l'Empire, de la CHOM ni même sur les batailles du Jihad Butlerien contre les machines. Non, la datation est basée sur le création de la Guilde (an 0). Preuve discrète mais significative de la place de la Guilde dans l'univers.

En fait je trouve qu'Herbert a justement bien mené sa barque avec la Guilde qui n'apparaît pas frontalement au début mais que l'on sent, par petite touches, être l'organisation qui domine l'univers. C'est d'ailleurs ce que je reproche jusque là au film : il n'y a aucune de ces petites touches que les livres distillent discrètement mais dés le départ pour poser la Guilde. Espérons que çà évolue par la suite car c'est un vrai manque dans ce film selon moi. A la fin du film, le spectateur ignorant de Dune n'a aucune idée de l'importance de la Guilde
Révéler
Répondre
Je suis assez d'accord avec Alias, le rôle de la Guilde est largement mis en sourdine dans le film. A tel point qu'on peut parfaitement imaginer que Villeneuve a décidé, pour simplifier le récit à l'écran, de carrément la supprimer de l'équation...
Répondre
(11-10-2021, 10:03)Marduck a écrit : Je crois aussi que Alias fait une relecture du premier Dune à l'aune de tout ce qu'il connait par les autres livres.

Dans mes souvenirs, le premier livre parle assez peu de la guilde et du bene geserit. On comprend qu'ils sont là, plus ou moins dans l'ombre, a conseiller les puissants et en fait a les manipuler (sorte d'allegorie du marché et la religion ama) mais l'histoire de ce premier livre ne les mets pas en scène eux.

Pour moi le film retranscrit parfaitement l'impression que laisse le livre 1. Juste la guilde qui mériterait peut être une ligne ou deux en plus histoire qu'on comprenne bien à quel point ils sont essentiels aux voyages spatiaux.

Voilà, c'est en beaucoup plus concis ce que j'essayais de dire. 2h30 de film ne sauraient décrire un univers comme Dune. Beaucoup des critiques sur le film que je lis sont celles de "néophytes" qui trouvent ça trop touffu, qu'il y a trop d'exposition....

Et évidemment, tout ça ne se lira qu'à la lumière de la seconde partie.

En outre, rappelons qu'une adaptation n'est en aucun cas un ctrl C ctrl V de l'oeuvre adapté: c'est une vision, une interprétation de ladite oeuvre qui reste autonome et peu être lue de façon totalement différente.

A ce titre, cette adaptation m'a énormément parlé. Mais il est évident qu'elle ne parlera pas à d'autres.

En tant que film, je l'ai trouvé vraiment rafraîchissant. On nous épargne quand même au maximum les clichés de blockbuster dont on a été gavé depuis 20 ans. J'ai adoré le côté froid et désincarné, presque hiératique, du film (critique qui revient énormément, moi je trouve que c'est son principal atout). Ca donne une certaine portée à l'histoire. Je trouve même que le côté mystique et politique un peu dérangeant, inquiétant se retrouve dans cet aspect désincarné et la monumentalité des décors et des plans. Dans un film, beaucoup de choses passent par les images là où ça passe par les descriptions et dialogues dans un livre. La scène de la délégation de l'Empereur, même si un néophytes ne mettra pas forcément les noms des différentes institutions sur les différents groupes présents, est une sorte de métaphore de l'univers à elle toute seule (cette scène n'étant absolument pas dans le bouquin, j'imagine que c'est là son but).

Bref, le film ne fait pas passer les choses par le même intermédiaire que le livre, c'est évident, mais je trouve qu'il les fait passer quand même.

Et ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce filmg: on est pas dans l'étalage de bons sentiments habituels (la vraie amitié véritable authentique, le sens du devoir du courage de la bravoure...etc, etc), l'humour à deux balles histoire de détendre Roger qui dans l'esprit de la production est là pour se détendre et pas pour réfléchir (à grand coup de nain péteur), ou de mièvreries qui nous jouent les violons (à coup de goût des fraises.... oui je compare avec une autre adaptation d'un autre bouquin...).

Et c'est d'autant plus pertinent dans un univers comme celui de Dune. Là où l'esprit humain a remplacé les ordinateurs, où tout n'est que calculs et intrigues alambiquées parfois sur plusieurs génération, où l'univers est figé dans un espèce d'ordre croulant et sclérosé (j'avais un peu zappé cet aspect: l'Imperium est vraiment décrit comme décadent, et le duc Leto est un marxiste qui veut l'abolition de l'ordre établi et des classes sociales! Dixit lui-même alors qu'il contemple un levé de soleil sur Arrakis).

D'ailleurs, en fait c'est juste dingue à quel point Dune a inspiré 40K. En fait c'est tellement énorme que je trouve ça dingue que je ne l'ait pas perçu avant (j'en avais bien conscience, mais pas à ce point).



(11-10-2021, 10:09)Alias a écrit : Sur ces deux points là, et comme souvent dans Dune, il y a une petite phrase ici ou là qui est en fait un concentré d'info à côté duquel on passe rapidement à la première lecture.

[...]

Un détail con aussi que tout le monde ou presque rate : la datation de l'univers de Dune n'est pas basée sur la création de l'Empire, de la CHOM ni même sur les batailles du Jihad Butlerien contre les machines. Non, la datation est basée sur le création de la Guilde (an 0). Preuve discrète mais significative de la place de la Guilde dans l'univers.

En fait je trouve qu'Herbert a justement bien mené sa barque avec la Guilde qui n'apparaît pas frontalement au début mais que l'on sent, par petite touches, être l'organisation qui domine l'univers. C'est d'ailleurs ce que je reproche jusque là au film : il n'y a aucune de ces petites touches que les livres distillent discrètement mais dés le départ pour poser la Guilde. Espérons que çà évolue par la suite car c'est un vrai manque dans ce film selon moi. A la fin du film, le spectateur ignorant de Dune n'a aucune idée de l'importance de la Guilde
Révéler

Comme je le disais, j'avais déjà lu les bouquins, mais ma dernière lecture remontait à longtemps (une quinzaine d'années je pense).

Et au moins ce film m'aura replongé dedans, et j'ai l'impression d'en avoir vraiment une lecture nouvelle, rien que pour ça je trouve ça cool.

Pour la datation, ce n'est jamais, mais vraiment jamais expliqué dans le début du bouquin. On ne perçoit l'importance de la Guilde que lors de deux trois allusions plus ou moins vagues (notamment lorsque Hawat explique à l'EM Atréides qu'il sera impossible de maintenir en orbite un vaisseau pour surveiller la récolte de l'épice car le prix qu'en demande la guilde sera toujours exorbitant... on lit entre les ligne que la Guilde est seule maîtresse de tout ce qui se passe dès qu'on sort de l'atmosphère d'une planète. Ce qui dans une civilisation galactique est absolument énorme!). Et si un bouquin peut se permettre de disséminer quelques allusions de ce genre ici et là, un film déjà assez copieux en infos aura plus de mal à le faire.

Maintenant oui, ça aurait été sympa de les avoir, ces allusions. Même un truc qu'on comprend pas forcément en voyant le film, ça donne l'impression d'un univers complexe derrière (et je crois que c'est ce qui ressort aussi du bouquin avec ses noms étranges mais très peu d'explications).
Répondre


Atteindre :