Création, conception, production et commercialisation : le monde merveilleux de la création ludique
#21


C'pas faux




Après en effet si le temps à passer n est pas récompenser  en recette, autant pas se lancer dans un truc.




 




Et pour la sculpture ? 




J imagine qu' il y a beaucoup de taf d apprentissage mais les bases ne s improvisent pas, enfin c est ma visison de noob.




Disons que comment bien commencer et comment upgrader ces bases pour en faire des pitoux, moi c est un truc que j achète direct.




Mais on doit pas être nombreux, je vous l accorde.




 




Mais comment faire une bonne fig en mode old school, poua, ça me fait rêver ! 




Par contre, le fait d essuyer une tonne de plâtre avant de sortir quelque chose, ça me calme direct mes ardeurs.




Un truc qui ferait le tour des bases basiques et les "faut pas faire ça" seraient bienvenues.


Répondre
#22


Ce sujet est super intéressant, il me pousse à sauter le pas de l’inscription :).




 




La sculpture c'est une peu le hobby dans le hobby, on peut retrouver 10 peintres de talents pour une fig, mais au final un seul sculpteurs aura travailler dessus.




Savoir travailler les volumes, créer les détails et anticiper la peinture, ce n'est pas évident; surtout si on rajoute les contraintes créatives!




 




<a contenteditable="false" data-ipshover="" data-ipshover-target="<___base_url___>/index.php?/profile/17942-r%C3%A9my-tremblay/&do=hovercard" data-mentionid="17942" href="<___base_url___>/index.php?/profile/17942-r%C3%A9my-tremblay/">@Rémy Tremblay</a> ta vision "imprimante 3D du client" est assez troublante, mais je suppose que c'est un raccourci rapide pour résumer ton boulot; mais à mon sens il y a tellement plus derrière comme une pâte créative, argile de fresques d'amateurs!




 




 




Concernant la sculpture, ce n'est effectivement pas évident de se lancer dedans: changement d'outils, de matériaux, de temps.




Et l'apprentissage est énorme, même en  ayant une base d'anatomie médicale, je rebouffe des planches, concepts art, bouquins d’apprentissage dessin (comics).




 




Les techniques des tutos videos sont souvent des démonstrations d'astuces persos pour une pièce spécifique, pas facile de s'identifier. Sans compter les écoles US ou Frenchy, des styles differents.




Hormis le magazine Ravage HS 11, il y a peu de ressource en français...




 




 




Un livre? bien sur que je (et tout les sculpture amateur ?) seront preneurs, mais au final; comme en peinture, il faut surtout pratiquer!




C'est seulement en pratiquant que l'on comprend vraiment les trucs expliquer dans les tutos (armature, anatomie et volumes)!




 




 




Pour rebondir sur le sujet et aller plus loin, on parle de sculpteurs et contrats toussa, mais que penser alors des artistes 3D qui bossent sur ordi et envois tout à l'imprimante?




Cette technologie risque t'elle de détruire la fimo et le pinceau gomme?




 




 




 


Répondre
#23


Ça vaut ce que ça vaut mais d'après moi la 3D c'est super techniquement parlant mais très mauvais commercialement parlant; pour le client  ça paraît plus simple à utiliser, plus simple à modifier et moins "vénérable" qu'une sculpture physique. Pourtant évidemment sans les notionsd'anatomie et de volume on peut faire ce que l'on veut, il n'y a toujours pas de bouton magique pour faire de belles pièces...




Jon troy nickel qui travaillait déjà sur les premières pièces 3d de Kingdom death le disait un jour sur facebook; "je me prends encore des baffes en voyant certaines sculptures traditionnelle" pourtant le monsieur travaille aussi pour weta  (sda,  districts 9, etc.) Bref il touche sa bille...




 




Un livre sur la sculpture ça serait vraiment cool. 




Les ressources pour la sculpture numérique sont pléthoriques; tutoriel YouTube, sites spécialisés, il y a même régulièrement des workshop sur le sujet. Quasi rien sur le traditionnel. 


Répondre
#24


Pour en avoir discuté avec des collègues qui utilisent les soft 3D c'est les problèmes liés à l'informatique qui peuvent faire perdre 1 ou 2 jours pour résoudre un problème qui n'existe pas en tradi. L'outil est pratique dans certains cas, principalement dans tout ce qui est sculpture robotique, fabrication de grappe de plastique type GW, armée de "clones"^, figurines ou la complexité des armatures ou les contraintes physiques ralentissent le travail. Sinon dan le cas particulier de la figurine, travailler en tradi va plus vite.




 




Un livre sur la sculpture peut à mon sens être remplacer par un bouquin d'anatomie. La figurine est en plus hyper spécifique et le champ de création bien plus large que pour la peinture.




Le souci majeur est que certaines erreurs ne peuvent plus être corrigées. Concrètement une armature ratée c'est une figurine ratée, dans 100% des cas. Le travail le plus dur est au final de saisir la pose avec 3 bouts de fils de fer, c'est-à-dire qu'il faut être capable mentalement d'imaginer la figurine autour du fil. Ça revient à avoir déjà sculpté des tonnes de trucs avant. Je dirais qu'il faut quasi une centaine de créations avant d'avoir un résultat professionnel comme vous en trouverez dans le commerce.




Se pose ensuite les problèmes stylistiques, échelles réalistes ou non, détails réalistes ou non, les différentes échelles amènent des contraintes différentes, le matériau utilisé amène des méthodes et des philosophies différentes, on pourrait écrire un livre juste sur la façon de rendre les détails en fonction du matériau, du tirage final et de l'échelle.




Pire que la peinture la sculpture, ne partant de rien d’autre qu'une idée ou un dessin doit aboutir à un objet, la peinture en comparaison n'est que de la peinture par numéro. Il n'y a que peu de choix.




La sculpture est un procédé ingrat qui n'est que répétition des même formes jusqu'à aboutir à la compréhension, comme pour le dessin dans un certaine mesure, de comment les éléments se combinent pour créer tel ou tel résultat. Chaque angle modifié sur une face, chaque mouvement de doigt, pli, ceinture, tout modifie l'allure globale. Et c'est l'alchimie entre tout ça qui crée une belle pièce.




Le truc qu'on ne voit pas mais que tout le monde perçoit est la prestance d'une pièce, cette impression de poids, que tout est à sa place, c'est extrêmement difficile à saisir car difficile à voir, ça tient autant des drapés que de la tension des muscles que de la position d'une jambe, de la courbure d'un poignet, tout y concoure.




Après professionnellement il faut en plus y ajouter des contraintes matérielles comme un nombre de pièce défini qui bride les possibilités de mettre tout en volume, les finesses minimum sur les éléments qui ne permet pas d'avoir certains contrastes de volume ou d'impression d"échelle" (le syndrome de la lance modèle tronc d'arbre entraîne un tas de modification physique du modèle afin de s'intégrer au mieux, le pire étant que si le travail est bien fait personne ne le verra).




Bref encore une fois la somme de connaissance à acquérir est titanesque et n'est que le fruit de l'expérience.




Pour vous donnez une idée j'ai commencé la sculpture en 2004, j'ai sculpté aussi bien des bustes à l'échelle 1 que des animaux, j'ia fais du 65 mm, du 54, du 1/35, du 28 mm, du 32, du 33, des monstres, des humains, des mutants, des réinterprétations de michel-ange. La liste de mes pièces est plus longue que ma mémoire, je pense être à plus de 300 ou 400 sculptures.




Je commence à peine à avoir l'impression que je maîtrise mon affaire. En ce sens ou je commence à réussir à sculpter ce que je voudrais. Et encore pas souvent, la plupart du temps c'est surtout un compromis entre ce que je veux et ce que la sculpture veux.


Répondre
#25

Citation :
il y a 58 minutes, Rémy Tremblay a dit :




j'ai commencé la sculpture en 2015




c'est une erreur de frappe ?




Tu as commencé par quoi alors, je suis perdu en fait




 




Rémy, racontes nous ta vie, stp ^^


Répondre
#26

2004 désolé. Je m'a gourré. Internet m'informe aussi que j’ai commencé les conversions lourdes en 2003 (genre resculpture quasi intégrale d'une figurine).

Répondre
#27


2015 c'est la date de livraison avec un poil de retard....[img]<fileStore.core_Emoticons>/emoticons/default_biggrin.png[/img]



 




Au vu des tarifs, je comprends tout de même le client insatisfait qui fait recommencer tout ou partie de la sculpture. Cela doit être en partie pénible, mais ça se pratique dans bon nombre de travail et n'est pas choquant du tout.




 




Le retour d'expérience expliqué par les sculpteurs est vraiment très intéressant car cela reste bien dans l'ombre pour les joueurs. Autant des explications sur la peinture on en trouve énormément mais là, c'est un sujet qui n'est que trop rarement mis en avant. C'est d'autant plus étrange que la sculpture des figs est un critère des plus important pour la réussite d'un jeu.


Répondre
#28

Merci pour le partage <a contenteditable="false" data-ipshover="" data-ipshover-target="<___base_url___>/index.php?/profile/17942-r%C3%A9my-tremblay/&do=hovercard" data-mentionid="17942" href="<___base_url___>/index.php?/profile/17942-r%C3%A9my-tremblay/">@Rémy Tremblay</a> c'est super intéressant :)

Répondre
#29

Citation :
Il y a 2 heures, Rémy Tremblay a dit :




Le travail le plus dur est au final de saisir la pose avec 3 bouts de fils de fer, c'est-à-dire qu'il faut être capable mentalement d'imaginer la figurine autour du fil.




C'est ça qui me fait le plus "halluciner" dans ce boulot. Comme quand Michel-Ange disait qu'il était capable de "voir" sa future sculpture quand il était en face d'un bloc de marbre... c'est une capacité mentale assez rare au final. Perso, j'en suis incapable ne serait-ce que pour un simple dessin. Je suppose que ça se travaille mais au final, si t'as pas le truc au début...




C'est un peu le même cheminement dans la musique ou le sport, par exemple le surf. Des techniques peuvent s'acquérir à force de travail (acquis) comme le mouvement permettant de se lever, effectuer un virage, lire les courants, la manière dont déferle la vague, le physique et l'endurance pour ramer etc.. mais si à la base tu n'as pas un minimum de talent (inné) comme l'équilibre ou la capacité difficilement quantifiable à "sentir" une vague, ce sera beaucoup plus dur pour toi que pour celui qui en as.




 




C'est pas de l'art, ça ?




 




<div>
<iframe allowfullscreen="true" frameborder="0" height="270" src="https://www.youtube.com/embed/JLlW0Y30Gjs?feature=oembed" width="480"></iframe>

</div>


 


Répondre
#30

Citation :
il y a une heure, jon a dit :




2015 c'est la date de livraison avec un poil de retard....[img]<fileStore.core_Emoticons>/emoticons/default_biggrin.png[/img]



 




Au vu des tarifs, je comprends tout de même le client insatisfait qui fait recommencer tout ou partie de la sculpture. Cela doit être en partie pénible, mais ça se pratique dans bon nombre de travail et n'est pas choquant du tout.




 




Le retour d'expérience expliqué par les sculpteurs est vraiment très intéressant car cela reste bien dans l'ombre pour les joueurs. Autant des explications sur la peinture on en trouve énormément mais là, c'est un sujet qui n'est que trop rarement mis en avant. C'est d'autant plus étrange que la sculpture des figs est un critère des plus important pour la réussite d'un jeu.




Le problème du client insatisfait est malheureusement que dans pas mal de cas soit le sculpteur n'a pas le niveau, soit le commanditaire ne sait pas ce qu'il veut.




De mon expérience quand j'ai eu à refaire des choses c'est simplement que j'avais mal bossé, j'ai donc repris , sans frais supplémentaire (et je n'étais pas du tout à ce tarif là...). J'ai eu le cas de clients qui demandaient des corrections absurdes qui résultaient d'une vision différente de la figurine et en général le projet aura le cul entre deux chaises et sera mauvais à la fin.




Au final je pense (ce n'est pas de la pédanterie juste un constat), que les sculpteurs qui ont le niveau c'est-à-dire constant dans la qualité ne refont quasi jamais plus rien, le client demande le niveau "standard" du sculpteur, qui le fournit et ça se passe très bien comme ça et le travail est de qualité. Nous connaissons notre métier qui est de faire de jolies figurines. Tut conflit durant la réalisation se sentira de toutes façons dans le résultat final. Le mieux à faire est donc de bien définir avec le client en amont ce que l'on veut LES DEUX, c'est un compromis. Au final il y a de nombreuses fois ou les retouches pourraient être évitées avec une meilleure communication. Généralement les WIP ne sont pas représentatif du produit final, il y a donc une confiance à instaurer pour le client sous peine d'avoir des remarques étranges à la fin une fois que tout est fini du style "j'imaginais pas ça comme ça".




Mais c'est encore un autre problème.




Savoir rectifier une figurine rapidement est en soit un savoir faire à acquérir.




 




Concernant le fait que l'on puisse "voir" la figurine autour de l'armature c'est juste une affaire de répétitivité des gestes, à force j'arrive à sculpter mentalement une figurine. J'arrive à voir la pâte bouger sous la spatule sans la toucher. Ce n'est pas un don, c'est juste à force de répéter des milliers de fois le même geste. Michel-Ange ne partait pas sur son bloc de marbre à wouatmille brouzouf sans un plan. La figure était déjà dessinée jusqu'à en épuiser les possibilités puis esquissée en terre puis probablement sculptée à l'échelle en terre avant de passer au marbre. Tout était ensuite détruit afin que l'acte magique de sculpture ait lieu. 


Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Technique de production Archon Studio Moskito 9 1,577 05-05-2018, 08:26
Dernier message: KDJE

Atteindre :